12 cas de phobies comportementales étudiés : 5 peurs phobiques du contact corporel, 3 peurs phobiques d’être souillé, 2 peurs phobiques d’être contaminé, 2 peurs phobiques du vomissement.
12 guérisons : 11 après une séance, 1 après deux séances.
Temps moyen total pour atteindre la guérison : entre 1 et 2 heures.
(1 personnes n’a pas été prise en compte après avoir renoncé à la suite d’une première séance sans résultat).

Pour en savoir plus sur les modalités de cette étude, consultez le site www.tipi.pro

Sur les 5 phobies du contact corporel étudiées, toutes trouvent leur origine dans la mort d’un jumeau monozygote non viable, mais aucune ne présente des caractéristiques identiques.
Dans l’exemple raporté dans cette étude, sans doute suite à un mouvement brusque de la mère, le fœtus décédé remonte à proximité de sa jumelle vivante et, en s’emmêlant dans son cordon, provoque répulsion et asphyxie.
Un autre cas assez semblable fait état d’un choc brutal avec le jumeau mort qui semble provoquer sa dislocation mais sans que ne soit évoqué un emmêlement des cordons.
Dans un troisième cas, la phobie serait également provoquée par les mouvements de la mère. Le jumeau mort disparaît, puis la tête et le corps réapparaissent séparés et viennent au contact du fœtus vivant.
Les deux autres cas proviennent de jumeaux attachés par le dos. L’un ne fait que ressentir la gêne insupportable de ce poids mort qui ne lui permet pas de bouger à volonté. L’autre, en plus de la gêne, éprouve une douleur aiguë à chaque mouvement.
Les trois peurs phobiques d’être souillé correspondent toutes au contact avec des parties molles d’un jumeau monozygote en cours de dégradation après sa mort. Ce mélange hétéroclite et morbide peut, à tout moment, se coller à la peau et oblige le fœtus vivant à beaucoup de vigilance pour ne pas se retrouver englué. Les mains sont particulièrement actives pour protéger la bouche de l’ingestion de débris en suspension dans le liquide amniotique.

La peur phobique d’être contaminé s’apparente à la peur d’être souillé à la différence qu’elle est essentiellement provoquée par l’absorption des particules les plus fines issues de la dissolution du jumeau mort. Pour se défendre de l’intrusion de « ces paillettes qui picotent à l’intérieur », le fœtus vivant tente de filtrer au mieux le liquide amniotique en « suçant » son pouce.

La phobie du vomissement semble assez répandue mais n’a été que peu prise en compte dans cette étude. Ces phobiques ont peur de vomir mais sont également paniqués par le vomissement des autres (ce qui est particulièrement handicapant pour une femme dans ses rapports avec son enfant). Dans les deux cas étudiés, les personnes décrivent, comme pour les précédentes phobies comportementales, la dégradation d’un jumeau monozygote non viable. Le produit de la dissolution des viscères reflue par la bouche dans le liquide amniotique. Comme pour les autres débris et particules en suspension, le fœtus vivant tente d’éviter leur absorption mais ne semble pas pouvoir y parvenir complètement et subit cette substance gélatineuse dans son tube digestif et son estomac. Pour ce qui concerne la peur de son propre vomissement, elle se construit sur la peur de devenir inerte, de mourir comme le jumeau, si l’on rejette de la matière par la bouche. C’est en tout cas cette évidence qui a guéri les deux « émétophobes » de cette étude.

Hors de cette étude, les personnes atteintes de peur phobique de l’évanouissement ont toutes revécu une perte de connaissance conjointement au décès d’un jumeau monozygote. Cette constatation, en plus des conclusions relevées précédemment, semble indiquer que la mort d’un jumeau monozygote est systématiquement impliquée dans les phobies comportementales.

Pour accéder à l’étude complète sur les phobies comportementales, commandez le livre de Luc Nicon « Tipi : technique d’identification des peurs inconscientes » aux éditions « Emotion Forte ».
Cliquez sur les mots « orange » de votre choix pour accéder aux informations.

Pour accéder à l’étude complète sur la phobie comportemental commandez le livre de Luc Nicon « Tipi : technique d’identification des peurs inconscientes » aux éditions « Emotion Forte« .

A travers ce site, nous proposons une approche simple et très efficace pour guérir les phobies.

 

Entre 2003 et 2006, dans le cadre d'un protocole de recherche, nous avons réalisé une étude portant sur 278 personnes en souffrance chronique. Les 127 personnes atteintes de phobie sont totalement venues à bout de la souffrance émotionnelle qui les handicapait. Dans plus de 80% des cas, la guérison est intervenue en une seule séance (5 personnes n'ont pas été prises en compte dans cette étude après avoir renoncé à la suite d'une première séance sans résultat). Ces chiffres peuvent paraître provocateurs tant ils sont incroyables : ils ne sont pourtant que le rapport réel et sincère de cette étude.

 

www.phobies.info Association Tipi 25, rue Subleyras 34000 Montpellier 04 67 92 24 47

contact@phobies.info

Pour en savoir plus sur la technique d'identification des peurs inconscientes, cliquez sur l'icone
icone

Les livres de Luc Nicon sont édités par emotion